L’histoire derrière la production d’une vidéo musicale :<br />Hommage a Eric Serra / At the Edges of the World.

Un de mes travaux en musique dont je suis le plus fier, qui a été l’un des plus dur a faire, sur 40.000 niveaux (santé, physique, temps, musicalement, patience … ) mais qui hélas a le moins de succès est mon hommage a Eric Serra.

c’est peu de le dire, mais ça représente un travail de dingue ! voici l’histoire qui se cache derrière l’évolution de ce morceau, de sa création en 2003 jusqu’à sa sortie en 2014.

 

Ce morceau a été composé en 2003 pour un jeu vidéo, Starshift, The Zaran Legacy, entre deux séjours aux urgences. Refusé par son programmeur / créateur car “trop jazz”, il deviendra une piste de mon projet d’album de Jazz-Rock que je me traine depuis 20 ans et dont vous pouvez en entendre une des pistes dans la section music-videos “Metropolitan“.

Le titre était prévu pour un éventuel 2eme CD, car sa sonorité ne colle pas avec les pistes du 1er très orienté Jazz – Rock instrumental Californien des années 80 / 90.

A cause de sa forte sonorité “Eric Serranienne”, il deviendra mon “hommage a la musique de Eric Serra” qui a bercé une grande partie de ma vie.

Il est également en partie inspiré d’un morceau de Eric Persing (Spectrasonics) “Jazz UnderWater” présent sur un CD de démo d’une réverbe Roland des années 90, le reste des influences venant du groupe de Jazz Québécois, Uzeb.

J’ai approché, pour l’enregistrement de la partie saxophone soprano le saxophoniste du Grand Bleu / Nikita, Gilbert D’All Anèse. contact pris, il est d’accord, mais … ne répondra plus après plusieurs échanges d’e-mails trés positif. Je n’ai jamais su ce qu’il est devenu ni pourquoi il n’y a jamais eu suite.

Autre tentative un peu délirante, via une connaissance, j’ai essayé d’avoir en invité Mr Eric Serra lui même, surtout qu’il a joué avec mon professeur de piano dans le passé. Un problème relationnel entre cette connaissance et Mr Serra fera que je ne saurais jamais si il aurait pu dire “oui” ou “non”.

Bref, aprés 9 ans du début de cette histoire; j’ai fini par trouvé, via notre passion commune pour la musique de Mr Serra, un bassiste Fretless fabuleux, et qui va remplacer ma piste de basse de démo enregistré en 2003.

 

Il s’agit de Matthieu Saez, https://www.youtube.com/user/31Msaez

 

un an plus tard, ça sera au saxophoniste soprano de faire son entrée en scene, trouvé par une de nos idoles commune, le saxophoniste Eric Marienthal, Mr Jorre Reynders : https://www.youtube.com/user/SelmerMarkVI66

je desirais pour ce projet que contrairement aux autres, il soit une collaboration entre musicien partageant une même vision, et a qui se projet leur plairait également. de plus le morceau n’a pas a court ou moyen terme de but commercial.

Reste le probleme du Mixage ! Ma santé ne me permet plus de le faire ! je dois trouver quelqu’un !

En 2012, Je rencontre une personne qui accepte de me mixer le morceau a ma place.
Je ne peux plus écouter de musique a part quelques minutes de temps en temps, et quand je le fais, je prends sur moi et ma santé, ce qui a été nécéssaire pour faire les playbacks claviers et Piano (Je n’avais pas le choix,  je ne pouvais ré-enregistrer mes parties pour faire du live, et puis ensuite il a fallu trier et assembler les différentes prises de basse et de soprano et faire la synchronisation vidéo des playbacks, que j’ai pu faire avec l’aide de mon ami Marc Papeghin.

 

 

sur l’année 2013 et 2014 va s’échelonner le travail sur le montage vidéo.
Le choix se fait sur le Grand Bleu, Atlantis, Leon et Nikita, en reduisant a quelques minutes chaque film et utilisant des passages spécifiques, dont certains seront directement lié a la mausique (notament le discours sur les symphonies de Beethoven dans Leon.

 

 

La signature de Luc Besson qui introduit ses films par un survol de la mer, du bitume, ou de central park devait aussi etre en synchronisation avec la musique, marquant chaque changement fort du morceau, c’est notament le cas sur Nikita ou le morceau change d’ambiance, pour quitter son monde “ambient” pour un passage plus “Groovy”.

Cependant, Le mixage traine, les années passe, et ne se fait pas. De belle promesses resté sans lendemain … 2 ans passent…

Je craque en Septembre 2014 : Les belles promesses finissent, finalement, par faire une tentative de mixage. Le résultat est catastrophique. Je décide donc de prendre le taureau par “les cornes”, et malgré ma situation auditive, de mixer le morceau moi-même. ça sera toujours, avec toutes les imperfections liées a ma condition mieux que ce que j’ai entendu et qui était tout simplement inutilisable.

Le Mixage me prendra plusieurs jours, à raison de 6 à 8h par nuit de travail, et beaucoup d’Advil / Ibuprofen, le tout avant quelques mois d’une hospitalisation pour ma main gauche.

Marc Papeghin, Mon Ami, Mes oreilles, Mon frère de cœur et de musique, Mon collaborateur, Mon principal support musical, et aussi Mon critique (indispensable !) rejoint l’équipe pour faire les playbacks batterie, car il n’y a pas assez d’image pour faire une belle vidéo avec tous les musiciens, il manque le saxophoniste en image, hors les parties batterie sont enregistrées et prête depuis 2003 Via une boucle de Batterie / Percussion ! Il s’agit de la piste d’origine de 2003 qui se trouve sur la version finale, donc Merci Marc pour le coup de pouce !!

Tout le monde est content du résultat, bassiste, saxophoniste, quelques ratés dans le playback de ma part, le mixage est évidement ce qu’il est, Mais 11 ans pour sortir un morceau c’est 10 ans de trop. C’était ça ou Rien !

Mise en ligne. Hélas le succès n’est pas au rendez vous. Les joies de Youtube et d’internet …
Didier Martini, 22 Juillet 2015.